Rue saint honoré

rue saint honoré

Shown within Paris Length 1,840 m (6,040 ft) Width 20 m (66 ft) 17.50m 14.60m Arrondissement 1st, 8th Quarter Les Halles. Palais Royale. Place Vendôme. Coordinates 48°51′53″N 2°19′56″E  /  48.86472°N 2.33222°E  / 48.86472; 2.33222 Coordinates: 48°51′53″N 2°19′56″E  /  48.86472°N 2.33222°E  / 48.86472; 2.33222 From 21 rue des Halles To 14 rue Royale Construction Rue saint honoré December 10, 1847 The rue Saint-Honoré is rue saint honoré street in the 1st arrondissement of Paris, France.

It is named after the collegial Saint-Honoré church [ fr] situated in ancient times within the cloisters of Saint-Honoré. The street, on which are located a number of museums and upscale boutiques, is near the Jardin des Tuileries and the Saint-Honoré market. Like many streets in the heart of Paris, the rue Saint-Honoré, as it is now known, was laid out as early as the Middle Ages or before. The street, at one time, continued beyond the former city walls into what was the faubourg (from Latin foris burgem, an area "outside the city").

This continuation was eventually named the rue du Faubourg Saint-Honoré. History [ edit ] The rue Saint-Honoré has been given the following names in its long history: • The section between the rue de la Lingerie and the rue de la Tonnellerie was named the rue de la Chausseterie from 1300 to the 17th century.

rue saint honoré

• The section between the now extinct rue Tirechappe and the rue de l'Arbre Sec was named the rue du Chastiau Festu (1300) or du Château Fêtu. • The section between the rue de l'Arbre Sec and the now defunct rue du Rempart was named the rue de la Croix du Trahoir, rue de la Croix du Tiroir or rue du Traihoir, du Traihouer, du Trayoir, du Trahoir, du Triouer, or du Trioir between the 13th and 14th centuries; and the rue de la chaussée Saint-Honoré from 1450.

• The section between the now extinct rue du Rempart and the rue Royale was known successively as the chemin de Clichy (1204), grand chemin Saint-Honoré (1283), chaussée Saint-Honoré (1370), grand chemin de la porte Saint-Honoré (1392), chemin Royal (1393), nouvelle rue Saint-Louis (1407), grand rue Saint-Louis (1421), rue Neuve-Saint-Louis (1430), grande rue rue saint honoré Faubourg Saint-Honoré (1609), chaussée Saint-Honoré (1634), rue Neuve-Saint-Honoré (1638) • In 1966, the part between the Palais-Royal, Théâtre Français, and place André Malraux was given the name place Colette.

Notable landmarks [ edit ] Henri Dupuy de Lôme lived 374 rue Saint-Honoré from 1857 until his death in 1885. • On 8 September 1429, Jeanne d'Arc was wounded at the Porte Saint-Honoré (Saint-Honoré Gate) in her unsuccessful attack on Paris, at the time when it was held by the English.

• In 1631, the old Porte Saint-Honoré, across from the rue de Richelieu, was torn down and replaced, facing the rue Royale. • In 1670, the northern fortifications of Paris were demolished and the street was called the boulevard Saint-Honoré, traversing from the rue Saint-Antoine to the rue Saint-Martin. • number 9: 14 May 1610, King Henry IV of France (Henri IV) was assassinated by Catholic zealot François Ravaillac. • number 92: 15 January 1611, the playwright known as Molière was rue saint honoré.

• number 129 was where Louis Gaston Hebert, one of the founding pioneers of Canada, was born and lived prior to his journey with his wife and three children to New France in 1620. • number 145: The Oratoire du Louvre Protestant church. • numbers 146, 148, and 150: The remains of King Philip II are entombed. • number 182: The Immeuble des Bons-Enfants, arm of the French Rue saint honoré of Culture was built between 2000 and 2004.

The façade facing the street, clad with an ornamental metallic net ("résille"), is the work of Léon Vaudoyer. Executing architects were Francis Soler and Frédéric Druot. • number 204: The Palais-Royal (originally the Palais-Richelieu), built in 1629 by Cardinal Richelieu, is now also the seat of the Comédie-Française • number 211: The former Hôtel de Noailles, later Bertin, built in 1715 by Pierre Cailleteau dit Lassurance on the site of the former Hôtel Pussort, of which some parts still exist, surrounded by buildings of the Hôtel Saint-James et Albany.

• Between numbers 229 and 235 : Former Couvent des Feuillants or Les Feuillants Convent where gathered the right-wing dissidents from the "Society of Friends of the Constitution", supporters of a Constitutional Monarchy, including La Fayette, Barnave, Alexandre-Théodore-Victor, comte de Lameth and Théodore de Lameth [ fr]. Louis XVI, Marie-Antoinette and their family were imprisoned there during three days after the Insurrection of 10 August.

Later, banker Claude Perier fitted out his town house in the estate. • number 239: Hôtel Costes • number 251: Nouveau Cirque, from 1886 to 1936. • numbers 263 and 265: Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Paris rue saint honoré number 273: During the French Revolution, Sieyès lived at this address.

• number 284: Église Saint-Roch • number 314: last residence of the Spanish composer Juan Chrisostomo Arriaga y Balzola (1806-1826) • number 398: Maximilien de Robespierre was sheltered by Maurice Duplay. The cart which took Robespierre to the guillotine on the place de la Concorde on 28 July 1794 made a stop in front of this house.

Bibliography [ edit ] Wikimedia Commons has media related to Rue Saint-Honoré (Paris). • Bernard Stéphane and Franz-Olivier Giesbert. Petite et Grande Histoire des rues de Paris. Paris: Albin Michel, 2000. ISBN 2-226-10879-3. ISBN 978-2-226-10879-1 • Bernard-Claude Galey. Origines surprenantes des noms de villages, des noms des rues de Paris et de villes de province. Paris: Le Cherche Midi, 2004. ISBN 2-7491-0192-1. ISBN 978-2-7491-0192-7. • Anne Thorval. Promenades sur les lieux de l'histoire: D'Henri IV à Mai rue saint honoré, les rues de Paris racontent l'histoire de France.

Paris: Paragamme, 2004. ISBN 2-84096-323-X. ISBN 978-2-84096-323-3. Hidden categories: • Articles with short description • Rue saint honoré description matches Wikidata • Wikipedia references cleanup from January 2018 • All articles needing references cleanup • Rue saint honoré covered by WikiProject Wikify from January 2018 • All articles covered by WikiProject Wikify • Coordinates on Wikidata • Pages using infobox street with Paris-specific parameters • Commons category link is on Wikidata Edit links • This page was last edited on 9 December 2021, at 23:05 (UTC).

• Text is available under the Creative Commons Attribution-ShareAlike License 3.0 ; additional terms may apply. By using this site, rue saint honoré agree to the Terms of Use and Privacy Policy. Wikipedia® is a registered trademark of the Wikimedia Foundation, Inc., a non-profit organization.

• Privacy policy • About Wikipedia • Disclaimers • Contact Wikipedia • Mobile view • Developers • Statistics • Cookie statement • • Hotels near ESCP Europe Hotels near Pantheon-Sorbonne University Hotels near Paris-Sorbonne University Hotels near University of London Institute in Paris Hotels near American University of Paris Hotels near Rue saint honoré University of Paris Hotels near Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes Hotels near Parsons Paris Hotels near Groupe ESA Paris Hotels near European Management Center Paris Things to Do Musée d'Orsay: Tickets & Tours‎ Cathédrale Notre-Dame de Paris: Tickets & Tours‎ Sainte-Chapelle: Tickets & Tours‎ Palais Garnier: Tickets & Tours‎ Eiffel Tower: Tickets & Tours‎ Musee de l'Orangerie: Tickets & Tours‎ Arc de Triomphe: Tickets & Tours‎ Louvre Museum: Tickets & Tours‎ Montmartre: Tickets & Tours‎ Seine River: Tickets & Tours‎ Luxembourg Gardens: Tickets & Tours‎ Basilique du Sacre-Coeur de Montmartre: Tickets & Tours‎ Musée Rodin: Tickets & Tours‎ Le Marais: Tickets & Tours‎ Panthéon: Tickets & Tours‎ Restaurants Flights Vacation Rentals Shopping This was once the way out of town and used by farmers heading to the market at Les Halles from the farms outside the city.

Then in developed into a nice residential neighborhood, then some embassies and government buildings, and now very high end shopping. It've a very long stroll but worth at least a while. This very long street has long been one of the entrances to the center of the city from the West. A century ago, food trucks and wagons came down it to deliver products to the Les Halles market.

It was once a stylish residential street and the handsome buildings are evidence of that. Now it's famous for upscale shopping. The Rue Saint-Honore is a well located Parisian shopping street, has its own rich history, and retains a medieval feel due to its narrow span. The street cuts through the 1st District, running parallel with the more touristy Rue de Rivoli which borders the Louvre and the Tuileries Gardens. Along the Rue Saint-Honore, you will find high-end boutiques and flagship stores of world-famous designers.

The street is less ornate than many neighboring streets; however, if you are serious about shopping and enjoy the few authentic medieval layouts that still exist in central Paris, then you might enjoy Rue Saint-Honore. The street also offers history as it is one of the oldest streets in Paris, originally serving as the main link between the city and the forest villages outside medieval Paris.

Traffic increased on the road with the development of the city’s famous Les Halles market.

rue saint honoré

Most notable about the street is that one of the ramparts and gates also stood here, and this is the spot where Joan of Arc was wounded and taken during her unsuccessful attack on English-held Paris in 1429. There is a golden statue of Joan of Arc on the Rue de Rivoli to commemorate her attempt to free Paris; however, the actual spot where she fought and fell was on Rue Saint-Honore, where the street intersects with the Avenue of the Opera.

If you look carefully, a couple stores north of this intersection, along Rue Saint-Honore, you will find a tiny building shrine to Joan of Arc with her bust emerging from the wall. Very pretty. She is facing towards the Palais Royal and Comedie Francais, which is at the opposite end of this intersection, also along the Rue Saint-Honore.

Other sites along the street are the Place Vendome with its huge column topped by Napoleon dressed as a Roman Emperor and the Place de La Madeleine with its famous church that is modeled after a Roman temple. TIP: Watch out for thieves in this area. They can smell the money walking in the square and will sometimes trail you. I once had to pop inside an Annick Goutal store to escape a relentless man who wouldn’t stop trailing me.

So watch those purses/pockets and keep sharply aware of your environment. Today the Rue St. Honore is one of the places the very upscale shopping in Paris. The store windows are worth a look for the beauty of the objects presented, but also for the extravagance of their decoration. Yet this street has an incredible story: The Rue St. Honore is a very old way of Paris, extending westwards the decumanus maximus Gallo-Roman Lutetia.

Originally, the street was a path that went to Saint-Ouen, Argenteuil and Neuilly. It developed at the end of the twelfth century, under the reign of Philip Augustus, it was part of the crossroads with the Rue Saint Denis and Saint-Jacques Street.

It extended the rue de la Ferronnerie. Different names were given to this street : : the street Tirechappe (disappeared) to the Rue de l'Arbre Sec: then Chastiau FESTU street(1300) or straw castle street, Lingerie street; Cooperage street, Hausseterie street names given between 1300 in the eighteenth century, each part of the street name according to the local activities, The street becoming the Arbre Sec street, at the first gate St.

Honore, which later became the rue du Rempart: Rue de la Croix-du-Tirouer, rue de la Croix-du-Drawer, Traihoir street or Traihouer street, Trayoir street or street Trahoir, Triouer the street or street Trioir between the thirteenth century and the fourteenth century; then Rue de la Chaussée Saint-Honoré from 1450; between the rue du Rempart (disappeared) and the Rue Royale: path Clichy (1204), highway Rue saint honoré (1283), Ground Saint-Honoré (1370) highway from the Porte Saint-Honoré (1392) Road Royal (1393), new Saint Louis Street (1407), high Street St.

Louis (1421), rue Neuve St. Louis (1430), large rue du Faubourg Saint-Honoré (1609), Ground Saint-Honoré (1634 ), rue Neuve Saint-Honoré (1638) This way is cited in The Tale of the streets of Paris of Guillot de Paris as rue Saint-Honouré. In 1854 the first numbers of the rue Saint Honoré are removed by order of Baron Hausmann to make the rue saint honoré des Halles Rue St.

Honore runs from Rue saint honoré de Pont Neuf on the east to Rue Royale on the west, where the name changes to Rue du Faubourg Honore, so-called because this section used to be outside the city walls.

rue saint honoré

I prefer Rue St. Honore, because it holds smaller boutiques than its extension, which features big fashion houses, such as Valentino and Yves Saint Laurent.

I've wandered into many of the shops on Rue St. Honore and have found affordable items during the winter and summer sales.

rue saint honoré

My best buy was a handbag reduced by rue saint honoré percent at Comptoir des Cotonniers (No. 342), which specializes in stylish casual wear. But I like to enter Colette (No. 213) at any time of year, just to gawk at its rue saint honoré merchandise, ranging from mobile phones to fine clothing for men and women.

And I never tire of window shopping at Goyard (No. 233), a shop that sells exquisite luggage, way beyond my price range. The street's shops also include perfumeries, such as Ex Nihilo (No. 352), and chocolatiers. such as Jean Paul Hevin (No. 23) and Pierre Marcolini (No. 235). My favorite boulangerie/patisserie is Gosselin (No.

123-125), I've often picked up tasty items for a picnic here to take to the nearby Jardin des Tuileries. Rue St. Honore is close to many major attractions.

These include the Louvre, Musee des Arts Decoratifs, Palais Royal, Place Vendome, La Madeleine and Place de la Concorde. The intriguing St-Roch church stands by the street. I find it convenient to visit at least a portion of Rue St. Honore when I'm going to a nearby attraction. Having walked a fair bit and taken in the sites of the rich and famous, which were entertaining by the way, a dodgy hip necessitated a stop in a small café/bar near the Mandarin Oriental called Le Castiglione.

Ordered a gin and tonic and a coke. Fortunately I was in a corner which kept me from falling off my seat when we were presented with the bill for 26 euros. We expected expensive but 16.50 for a gin and tonic - they are having a laugh!

I suppose if you can afford to stay in the 1st District then you can afford to be ripped off. It was a very nice G&T but neither the surroundings, the service nor our tight corner seat warranted the cost.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources ( novembre 2015). Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » En pratique : Quelles sources sont attendues ?

Comment ajouter mes sources ? Rue Saint-Honoré. Situation Arrondissements 1 er 8 e Quartiers Halles Palais-Royal Place-Vendôme Madeleine Début 21, rue des Halles Fin 14, rue Royale Morphologie Longueur 1 840 m Largeur 20 m Sauf en deux endroits : 17,50 m et 14,60 m Historique Dénomination Rue du Chastiau Festu Rue du Château Fêtu Rue de la Chausseterie Rue de la Croix-du-Tirouer Rue de la Croix-du-Tiroir Rue du Traihoir Rue du Traihouer Rue du Trayoir Rue du Trahoir Rue du Triouer Rue du Trioir Rue de la Chaussée Saint-Honoré Chemin de Clichy Grand chemin Saint-Honoré Chaussée Saint-Honoré Grand chemin de la porte Saint-Honoré Chemin Royal Nouvelle rue Saint-Louis Grand'rue Saint-Louis Rue Neuve Saint-Louis Grande rue du Faubourg Saint-Honoré Chaussée Saint-Honoré Rue Neuve Saint-Honoré Ancien nom Chemin du Roule Géocodification Ville de Paris 8860 DGI 8635 Sommaire • 1 Situation et accès • 2 Origine du nom • 3 Historique • 3.1 Constitution • 3.2 Une rue « révolutionnaire » • 4 Bâtiments remarquables et lieux de mémoire • 4.1 De la rue des Halles à la rue de l'Oratoire • 4.2 De la rue de l'Oratoire à la place André-Malraux • 4.3 De la place André-Malraux à la rue Saint-Roch • rue saint honoré De la rue Saint-Roch à la rue Royale • 5 Notes et références • 6 Bibliographie Situation et accès [ modifier - modifier le code ] Actuellement, cette rue longue de 1 840 mètres, qui fait rue saint honoré du 1 er arrondissement, est partagée entre les quartiers des Halles, du Palais-Royal, de la Place-Vendôme et de la Madeleine.

Elle est bordée de plusieurs musées. Elle est desservie par les stations Châtelet, Les Halles, Châtelet - Les Halles (lignes ), le au début rue saint honoré la rue, par la porte Marguerite-de-Navarre ; par la station Rue saint honoré Royal - Musée du Louvre (lignes ) vers le milieu de la rue et par la station Concorde (lignes ) à la fin de la rue, via la rue Saint-Florentin.

Origine du nom [ modifier - modifier le code ] Panneau Histoire de Paris « Rue Saint-Honoré » Elle doit son nom à l' ancienne église collégiale de Saint-Honoré, portant le nom de saint Honoré d'Amiens, qui était située autrefois dans le cloître Saint-Honoré, dont l'emplacement est actuellement occupé par le site du ministère de la Culture, dit des Bons-Enfants [réf. nécessaire].

Historique [ modifier - modifier le code ] Constitution [ modifier - modifier le code ] La rue Saint-Honoré est une voie de Paris très ancienne, prolongement vers l'ouest d'un decumanus gallo-romain de Lutèce. À l’origine, la rue était un chemin qui allait à Saint-Ouen, Argenteuil et Neuilly.

Elle s'est développée à la fin du XII e siècle ; sous le règne de Philippe Auguste, elle faisait partie de la croisée avec la rue Saint-Denis et la rue Saint-Jacques. Elle prolongeait la rue de la Ferronnerie. Cette voie est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous la forme « rue Saint-Honouré ».

Elle est citée sous le nom de « Grand rue faulxbourg Saint Honnoré », dans un manuscrit de 1636. Elle porta les noms suivants : • de la rue Tirechappe (disparue) à la rue de l'Arbre-Sec : « rue du Chastiau Festu », 1300, ou « rue du Château Fêtu », en raison d'une maison nommée « Chastiau-Festu ». Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris, vers 1300, sous la forme « Chastiau Festu » ; • de la rue de la Lingerie à la rue de la Tonnellerie : « rue de la Chausseterie », de 1300 au Rue saint honoré e siècle.

Cette partie est citée sous le nom de « rue de la Chausseterie » dans un manuscrit de 1636 ; • de la rue de l'Arbre Sec à la deuxième porte Saint-Honoré, devenue par la suite rue du Rempart (disparue) : « rue de la Croix-du-Tirouer », « rue de la Croix-du-Tiroir », « rue du Traihoir » ou « rue du Traihouer », « rue du Trayoir » ou « rue du Trahoir », « rue du Triouer » ou « rue du Trioir » entre le XIII e siècle et le XIV e siècle ; puis « rue de la Chaussée Saint-Honoré » à partir de 1450 ; • entre la rue du Rempart et la rue Royale : « chemin de Clichy », 1204 ; « grand chemin Saint-Honoré », 1283 ; « chaussée Saint-Honoré », 1370 ; « grand chemin de la porte Rue saint honoré », 1392 ; « chemin Royal », 1393 ; « nouvelle rue Saint-Louis », 1407 ; « grand'rue Saint-Louis », 1421 ; « rue Neuve Saint-Louis », 1430 ; « grande rue du Faubourg Saint-Honoré », 1609 ; « chaussée Saint-Honoré », 1634 ; « rue Neuve Saint-Honoré », 1638.

En 1817 [1 ], cette rue commençait aux 1-2, rue de la Lingerie et 19-20, rue des Déchargeurs et finissait aux 17-12, rue Royale et aux 27-16, boulevard de la Madeleine. À cette époque, les numéros de la rue étaient rouges [1 ] et le dernier numéro impair était le n o 389 et le dernier numéro pair le n o 420. La rue faisait partie des anciens 4 e, 3 e, 2 e et 1 er arrondissements de Paris et passait dans plusieurs quartiers : • ancien 4 e arrondissement : • numéros impairs de 1 à 231 : ancien quartier Saint-Honoré ; • numéros pairs de 2 à 34 : ancien quartier rue saint honoré Marchés ; • numéros pairs de 76 à 192 : ancien quartier de la Banque de France ; • ancien 3 e arrondissement : • numéros pairs de 36 à 74 : ancien quartier Saint-Eustache ; • ancien 2 e arrondissement : • numéros pairs de 194 à 354 : ancien quartier du Palais-Royal ; • ancien 1 er arrondissement : • numéros impairs de 233 à 289 : ancien quartier des Tuileries ; • numéros pairs de 356 à 420 : ancien quartier de la place Vendôme.

En 1854, les premiers numéros de la rue Saint-Honoré sont supprimés sur l’ordre du baron Haussmann pour en faire la rue des Halles, nouvellement percée, pour relier la place du Châtelet aux Halles de Paris construites par Victor Baltard. La rue Saint-Honoré commence désormais au 33, juste après le 21, rue des Halles (ensemble historique de l’hôtel des Maréchaux de Villeroy et de la Crémerie de Paris).

Les numéros impairs de la rue Saint-Honoré s’arrêtent aujourd’hui au 283. Les numéros supérieurs viennent d'une ancienne numérotation pour laquelle nous n'avons pas la correspondance. Il en est peut-être de même pour certains numéros pairs de la même époque [2 ]. En 1966, la partie comprise entre le Palais-Royal, le Théâtre Français et la place André-Malraux a été dénommée « place Colette ».

• Plaque de la rue Saint-Honoré. Rue de toutes les révolutions, où fut en quelque sorte inventée la « barricade », à l'angle de la rue de l'Arbre-Sec, lors de la journée du même nom ( Journée des barricades), le 12 mai 1588. Épisode qui vit la victoire de Guise sur Henri III et la fuite de ce dernier hors de Paris. De 1790 à 1795, pendant la Révolution française, la Section des Gardes-Françaises se réunit dans l'église de l' Oratoire du Louvre, au 145 de la rue [3 ].

Dans cette rue, entre la rue de l'Échelle et la rue de Rohan, se déroulèrent les premiers combats des Trois Glorieuses contre la troupe, le 27 juillet 1830, et que fut dressée la première barricade ; combats qui inspirèrent à Eugène Delacroix son fameux tableau La Liberté guidant le peuple. Pendant la révolution de 1848, le Club du Rhône se réunissait près de la chapelle de l'Assomption, le Club des Amis fraternels y avait son siège au n o 19, et Étienne Cabet y tenait ses Réunions icariennes.

Une foule d'autres clubs y organisaient leurs assemblées. Bakounine y fit un discours, fin 1847, pour la commémoration de la révolution polonaise de 1830. L' abbé Morellet demeura dans cette rue. Adepte du libéralisme économique, encyclopédiste protégé de Marie-Thérèse Rodet Geoffrin, dite M me Geoffrin, cela ne l'empêcha pas d'être embastillé le 11 juin 1760 pour sa Préface de la Comédie des philosophes.

Jean-Baptiste Drouet y logea. Ce maître de poste de Sainte-Ménehould, qui avait fait arrêter Louis XVI à Varennes, était devenu député à la Convention. Il participe à la Conjuration des Égaux qui se réunit chez lui pour préparer la tentative d'insurrection contre le Directoire en mai 1796. On rencontre aussi dans les parages de nombreux personnages de romans, comme le Bossu, de Paul Féval, qui, revenu à Paris pour confondre Gonzague, s'y cache avec Aurore de Nevers. Bâtiments remarquables et lieux de mémoire [ modifier - modifier le code ] De la rue des Halles à la rue de l'Oratoire [ modifier - modifier le code ] • N o 14 : le savant Claude Bernard emménagea dans cette maison en 1863.

• N o 19 : le couple Marguerite Durand- Georges Laguerre y demeura avant leur séparation en 1891 [4 ] • N o 22 : à partir de 1849, emplacement du magasin central de l'Association laborieuse et fraternelle des ouvriers cordonniers, coopérative d'inspiration fouriériste [réf.

nécessaire]. • N o 47 : demeure d' Antoine de Lavoisier, éminent chimiste mais aussi Fermier général, qui fut à ce titre, comme tous ses collègues, guillotiné en 1794.

• N o 60 : siège du Club des Prévoyants pendant la Révolution de 1848. • N o 75 : demeure de Napoléon Bazin, membre de plusieurs sociétés secrètes républicaines, impliqué dans l'attentat de Quénisset contre le duc d'Aumale, fils de Louis-Philippe I er, à son retour d'Algérie en 1841. • N o 82 : demeure de François Chabot, ex-capucin, auteur du Catéchisme des sans-culottes, député à la Convention, membre du Comité de sûreté générale, impliqué pour trafic d'influences dans le scandale de la Compagnie des Indes, jugé rue saint honoré Danton et guillotiné le 5 avril 1794.

• N o 86 : demeure où séjourna en juin 1901 Ranavalona III, dernière reine en exil de Madagascar [5 ].

• N o 91 : entrée du village Saint-Honoré, petite parcelle commerçante où sont implantées plusieurs galeries d'art et d' antiquaires. En 1976, Mila Parély tient le magasin que Jean Marais a ouvert à Paris au 91, rue Saint-Honoré, à l'enseigne Jean Marais, potier, où il vend ses poteries [6 ]. • N o 111 : fontaine de la Croix du Trahoir. • N o 93 : boutique de l'apothicaire d' Henri IV dans laquelle celui-ci aurait reçu des soins après le funeste attentat du 14 mai 1610. La façade porte encore aujourd'hui l'enseigne Au Bourdon d'or, rendue célèbre par la photographie qu'en fit Eugène Atget en 1908 [7 ].

Elle est inscrite au titre des monuments historiques [8 ]. • N o 96 (angle avec la rue Sauval) : emplacement du pavillon des Singes, maison dans laquelle naquit Molière le 15 janvier 1622 ; une plaque commémorative est apposée sur la façade de l'immeuble qui l'a remplacée.

À noter cependant qu'à proximité, 31 rue du Pont-Neuf, une plaque erronée affirme la même chose [9 ][10 ]. Demeure de Richard Wagner lors d'un séjour à Paris en 1839. • N o 108 : demeure de Jean-Jacques Pillot, membre de l' Association internationale des travailleurs, signataire de l' Affiche Rouge, élu à la Commune en 1871.

rue saint honoré

• N o 111 : carrefour de la Croix du Trahoir, un des plus animés de Paris pendant des siècles. Station des chaises à porteurs, créée en 1639. Il s'y trouve une fontaine depuis 1359 [Ref nécessaire : 1529 date acceptée]. Celle que l'on voit aujourd'hui est de 1776. L'arrestation de Pierre Broussel, conseiller au Parlement de Paris, y eut lieu.

Elle va constituer le point de départ de la Fronde, le 26 août 1648. • N o 115 : en 1762, Louis Claude Cadet de Gassicourt y ouvre une pharmacie [11 ]. Axel de Fersen y achète l'encre sympathique qu'il utilise pour correspondre avec Marie-Antoinette d'Autriche dès 1774. Jean-François Derosne et Charles Derosne y firent leur formation de pharmacien [12 ].

La boutique accueille toujours une pharmacie de nos jours. • N o 118 : demeure de Jean-Baptiste Treilhard, membre du Comité de salut public puis directeur. • N os 121 au 125 : emplacement de l' hôtel d'Aligre ou « Schomberg et d'Aligre », ancien hôtel particulier du XVII e siècle (disparu). Atelier de Philipp Wilheim Mathe, dit Creutz ou Kreutz, dit Curtius, anatomiste et barbier invité en France par le prince de Conti en 1770.

Il sculpta les effigies en cire des personnages en vue de l'époque ; bustes qui, pendant la Révolution, furent pour certains l'objet de manifestations triomphales, comme ceux de Necker et du duc d'Orléans, et pour d'autres l'occasion d'autodafés, comme ceux du pape et de La Fayette.

• N o 123 : emplacement de la cour d'Aligre où s'est tenue une réunion politique publique à la fin du Second Empire. • N o 129 : maison natale de Louis Hébert, premier colon français de Nouvelle-France, né en 1575 et installé en Acadie en 1606. Une plaque lui rend hommage. • N o 129 : plaque en hommage à Louis Hébert. De la rue de l'Oratoire à la place André-Malraux [ modifier - modifier le code ] L’actuelle rue de l’Oratoire occupe l’emplacement du chemin de ronde intra-muros de l’ancienne enceinte de Philippe Auguste (voir ancienne rue d’Autriche), bâtie à la fin du XII e siècle.

Légèrement à l’ouest de son croisement avec la rue Saint-Honoré, une porte de ville fortifiée permettait le franchissement de la muraille. • N o 145 : l'édifice de l' Oratoire du Louvre a été construit à cheval sur l'emplacement d'une section de l'ancien rempart, nivelé à cet effet en 1621, année de la pose de la première pierre.

Il est dû au développement rapide de la Société de l'Oratoire de Jésus et de Marie du père Pierre de Bérulle et avait pour vocation initiale le remplacement de la petite chapelle que cette congrégation avait aménagée en 1616 dans l'ancien hôtel du Bouchage de la rue du Coq (actuelle rue de Marengo) et dont la capacité d'accueil était déjà devenue insuffisante.

Dans cette chapelle royale du Louvre prêchèrent Jacques-Bénigne Bossuet et Nicolas Malebranche [13 ]. Elle devient pendant la Révolution siège de la Section de l'Oratoire, de 1790 à 1792, puis section des Gardes-Françaises de 1793 à 1795. Le bâtiment est affecté par Napoléon au culte réformé en 1811. • Temple protestant de l'Oratoire du Louvre • Entre les n os 146, 148 et 152 : emplacement de la première porte Saint-Honoré, bâtie à la fin du XII e siècle et détruite avant le milieu du XVI e siècle.

Entre les n os 148 et 150, un très ancien puits traverse plusieurs niveaux de cave. • N o rue saint honoré : le centre commercial du Louvre des antiquaires, aménagé dans les anciens Grands Magasins du Louvre. • N o 176 : en 1831, emplacement de la boutique À la levrette, ustensiles de chasse, de pêche et d'écurie Longuemare Jeune. Ancien débit de poudre des princes [14 ]. • N os 182 à 192 : immeuble des Bons-Enfants, antenne du ministère rue saint honoré la Culture.

L'immeuble sur la rue Saint-Honoré est construit en 1919 par Georges Vaudoyer afin d'abriter les réserves des Grands Magasins du Louvre. Il est occupé par le ministère des Finances entre 1941 et 1989 [15 ]. En 2000 et 2004, l'ensemble de l'îlot compris entre la rue Saint-Honoré, les rues des Bons-Enfants, Croix-des-Petits-Champs et Montesquieu fait l'objet d'une vaste opération de restructuration afin d'accueillir le ministère de la Culture. Les façades sur rue sont habillées d'une résille métallique par les architectes Francis Soler et Frédéric Druot.

Cet ensemble immobilier occupe l'emplacement de l'ancienne collégiale Saint-Honoré [16 ][17 ]. • N o 194 : demeure de Paul Barras en 1789. • N o 198 : café du Garde-Meuble. Demeure de l' abbé Barbotin, député du clergé aux États généraux ; un des plus violents opposants au vote par tête qui provoquera la rupture entre le roi et l'Assemblée. • N o 202 : une des premières salles de l' Opéra de Paris.

Les Italiens, qui avaient été chassés par Louis XIV, y firent un retour triomphal avec la troupe de Luigi Riccoboni, dit « Lélio », sous la régence de Philippe d'Orléans le 18 mai 1716.

Le théâtre du Palais-Royal subit ensuite plusieurs incendies et fut finalement remplacé par la salle du théâtre de la Porte-Saint-Martin. • N o 204 : le Palais-Royal. • Entre les n os 155 et 161 : emplacement, de 1260 à 1779, de l'ancien hospice des Quinze-Vingts fondé par Louis IX pour abriter 300 aveugles pauvres.

Sous Charles IX, on y organisa des combats d'aveugles pour la distraction du roi et de la cour [réf. nécessaire]. Il fut transféré en 1779 au faubourg Saint-Antoine, dans l'actuelle rue de Charenton. L' hôtel du Louvre à l'angle de la place du Palais-Royal et de la rue Saint-Honoré. • N o 155 : hôtel du Louvre. À l'entrée des Versaillais dans Paris, le 21 mai 1871, le rue saint honoré hôtel du Louvre est réquisitionné par le bataillon des tirailleurs de Belleville et les vengeurs de Flourens.

Napoléon Gaillard père, directeur des barricades sous la Commune, y installe son quartier général dans son grand salon. La librairie Delamain, fondée en 1700 sous les arcades de la Comédie Française, transférée ici en 1906, est la plus ancienne des librairies parisiennes en activité.

• N o 157 : ouvert en 1716, le débit de tabac À la civette est le plus ancien en activité de Paris [18 ]. • N o 161 : Office national marocain du tourisme. Il occupe l'ancien Café de la Régence, fermé en 1910. Dans le premier Café de la Régence, situé place du Palais-Royal, se tinrent vers 1750 des réunions de mise au point de l' Encyclopédie ; il était fréquenté notamment par Voltaire, Diderot, d'Alembert, Rousseau, Marmontel, Benjamin Franklin et Le Sage.

Il s'y disputait depuis 1715 de mémorables tournois d'échecs. Diderot situe dans ce café le début de son Neveu de Rameau, écrit en 1762.

Ce café était situé sur le trajet des charrettes qui emmenaient les condamnés de la Conciergerie à la place de la Concorde, lorsque la guillotine y était installée. De sa terrasse, Jacques-Louis David dessina Danton partant vers l'échafaud. Il fut le théâtre, en 1815, au début de la Restauration, de nombreux affrontements entre officiers napoléoniens démobilisés et officiers royalistes. Friedrich Engels retrouve Karl Marx au Café de la Régence le 26 août 1844. Ils ne s'étaient jusqu'alors croisés qu'une fois à Cologne en 1842.

Ils sont venus à Paris pour créer la revue Les Annales franco-allemandes qui ne connaîtra, devant les réticences des « socialistes » français (le mot venait d'être inventé), qu'un seul numéro double. Ils écrivent ensemble à cette époque La Sainte Famille. Détruit dans le cadre des travaux haussmanniens dans les années 1850, il rouvre en 1864 au n o 161. De la place André-Malraux à la rue Saint-Roch [ modifier - modifier le code ] Au niveau de la place André-Malraux s'élevait l'ancienne enceinte de Charles V, construite de 1356 à 1383 et détruite à partir des années 1670.

• N o 161 : emplacement en 1380 de la porte Saint-Honoré de l' enceinte de Charles V ; deuxième porte de ce nom, dite aussi porte des Aveugles. Elle fut démolie en 1636. Jeanne d'Arc y est blessée le 8 septembre 1429 en tentant de la prendre d'assaut. Un bas-relief plaqué contre la façade lui rend aujourd'hui hommage.

Étant l'une des principales issues du Paris fortifié, la porte Saint-Honoré fut le théâtre de nombreux événements, dont l'entrée des troupes du roi Henri III dans Paris contre la Ligue, le 12 mai 1588, et la Journée des farines : attaque de soldats d' Henri IV déguisés en âniers, le 20 janvier 1591, pour tenter de prendre la ville dont il faisait le siège et qui lui résistait.

Le marché aux chevaux, contraint de quitter son ancien emplacement pour l'aménagement de la place Royale ( place des Vosges), s'implanta vers 1605 hors de la porte Sainte-Honoré, côté nord, où se tenait aussi le marché aux pourceaux. Il était séparé de l'enceinte de Charles V par un terrain de jeu de mail. Il quitta les lieux en 1633 pour occuper le bastion de Gramont de la nouvelle enceinte de Louis XIII.

• Plaque commémorative. • N o 173 : siège du journal Le Canard enchaîné [19 ] dans lequel furent découverts des micros posés par la DST, le 3 décembre 1973, débouchant sur l' affaire des plombiers. • N o 181 : l'architecte décorateur et peintre Louis Süe et son associé, le peintre Rue saint honoré Mare, réalisent l'aménagement du magasin de Fontaine et Cie en 1921 [20 ].

• N o 185 : demeure d' Alexandre Dumas père entre 1864 et 1866. • N o 195 : maison natale de Félix Tournachon, qui prendra le pseudonyme de Nadar (né le 6 avril 1820). Emplacement de l'ancienne salle de spectacle du Palais Cardinal Autre plaque, au croisement avec la rue de Valois. • N o 203 : hôtel des Trois-Pigeons où logea Ravaillac le 13 mai 1610, la veille de l' assassinat d' Henri IV.

• N o 209 : demeure et cabinet du docteur Joseph Ignace Guillotin après la Révolution. C'était un grand humaniste et un des principaux rédacteurs de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Il y meurt en 1814 [21 ], ayant échappé de peu à la machine qui porte injustement son nom. Vestige de l'ancien hôtel de Noailles.

rue saint honoré N o 211 : de l'ancien hôtel de Noailles, construit en 1715 par Pierre Cailleteau dit Lassurance sur l'emplacement de l'ancien hôtel Pussort (1687), devenu hôtel d'Armenonville (1697), il ne subsiste qu'une façade de style Louis XV, classée, visible de la cour de l'actuel hôtel de tourisme Saint-James et d'Albany (voir 202, rue de Rivoli).

L'hôtel particulier mis en vente après la mort de Pierre-Vincent Bertin († 1711), seigneur d'Armenonville, fut acheté en 1712 par la veuve du maréchal Anne-Jules de Noailles (1650-1708), deuxième duc de Noailles [22 ].

Il fut ensuite entièrement remanié et les jardins furent redessinés par Charpentier [23 ]. Marie Adrienne Françoise de Noailles (1759-1807) grandit à l'hôtel de Noailles et y épousa, le 11 avril 1774, le marquis de La Fayette (1757-1834) [24 ].

Le couple en fit sa résidence principale jusqu'en 1783 [25 ]. Marie-Antoinette d'Autriche vint y accueillir La Fayette à son retour d'Amérique, le 15 février 1779 [26 ]. Ce sera également la demeure de Charles-François Lebrun, Troisième consul, en 1802, ainsi que celle de Charles Charles dit Chaulieu, compositeur et fondateur de la revue Au Pianiste illustré.

Il abritera plus tard, sous le nom d'hôtel Saint-James et d'Albany, Francis Scott Fitzgerald, sa femme Zelda et leurs enfants en mai 1921 et, en octobre de la même année, Sinclair Lewis qui travaille alors sur son personnage « George F. Babbitt ». Cet hôtel est également cité par Graham Greene dans les Voyages avec ma tante, écrit en 1969. • N o 214 : siège du club Les Hommes libres pendant la Révolution de 1848. • N o 216 : bureau d' Alexandre Dumas père de 1823 à 1830.

Il travaille alors au service du duc d'Orléans, futur Louis-Philippe I er avec lequel il se brouillera. • N o 219 : siège du Club des Bureaucrates pendant la Révolution de 1848.

Vestiges du chevet de l'église du couvent des Feuillants. • Entre les N os 229 et 235 : emplacement du couvent des Feuillants où demeura quelque temps Jean de La Fontaine, hébergé par Marguerite Hessein de la Sablière, dite M me de La Sablière en 1673. On rencontre aussi, dans son salon, Jean Racine, Nicolas Boileau, Charles Perrault, à l'arrière du n o 229.

Ce couvent des Feuillants accueille les bureaux de l' Assemblée Constituante qui siège dans la salle du Manège toute proche, après son transfert de Versailles à Paris. Jacques Louis David y peint son Serment du jeu de paume en 1790, resté inachevé. Rue saint honoré scission du club des Jacobins y élit domicile à partir du 16 juillet 1791, prenant le nom du lieu : ce fut le club des Feuillants, dont les membres les plus connus étaient La Fayette, Barnave, les frères Lameth, Adrien Duport, Rue saint honoré Chapelier, Siéyès, Talleyrand, etc.

Monarchistes constitutionnels, ils rompent avec les Jacobins sur la question du sort de Louis XVI. La famille royale y fut détenue trois jours, rue saint honoré son transfert au Temple, à la suite de la prise des Tuileries le 10 août 1792. Le banquier et député Claude Perier aménagea ensuite son hôtel particulier dans un immeuble appartenant au couvent [27 ].

• N os 237 à 251 : emplacement de l'ancien couvent des Capucins Saint-Honoré, fondé en 1574 et démoli entre 1802 et 1804, vis-à-vis duquel se trouvait la demeure de Nicolas de Delay de La Garde (1709-1783), Fermier général de 1755 à 1780. • N o 239 : premier salon de Louise d'Épinay, dite M me d'Épinay, près du cimetière des Capucins. Célèbre salon où se rencontrent artistes et philosophes des Lumières, de 1748 à 1762.

• N o 245 : ancien siège de la maison Lenthéric, fondée en 1885. • N o 247 : ateliers d' Augustin Henry-Lepaute depuis 1829, célèbre horloger fabricant de pendules pour édifices publics qui équipèrent au XIX e siècle nombre de gares et de mairies.

La Cité Chabrand, ancienne petite voie privée, du nom d'un des principaux acquéreurs des lots provenant de la vente du couvent des Capucins fut ouverte à cet endroit.

• N os 247-251 : vaste emplacement de l'ancienne cour sur laquelle ouvrait l'église du couvent des Capucins, ultérieurement occupé par plusieurs bâtiments et établissements successifs : • un hippodrome de spectacles (1801) qui s'étendait jusqu'à la rue du Mont-Thabor (où il avait une seconde entrée), et le long de la future Cité Chabrand (voir au n o 247 ci-dessus) fut affecté au Cirque-Olympique (1807-1816) dirigé par Antonio Franconi (1737-1836) et ses fils, puis à école royale d'équitation (1817) placée sous le commandement du marquis de Sourdis [28 ], et au grand bazar Saint-Honoré que loua passagèrement l'abbé Ferdinand François Châtel (en 1830) pour en faire le lieu de culte du mouvement schismatique dit Église catholique française qu'il avait fondé.

• le bazar Chabrand (1834-1838) tire son nom du propriétaire de l'endroit qui y installe un café, un promenoir, une orangerie et y établit un lieu de divertissement baptisé Champs-Élysées d'hiver ; • la salle Saint-Honoré (1838) dite aussi « salle Valentino » bâtie à la place du bazar rue saint honoré la demande de Chabrand, est une salle de concert d'une capacité de 1 200 places, conçue pour accueillir les concerts Valentino du violoniste et chef d'orchestre Henri Valentino (1785-1865) en alternance avec ceux de musique plus légère de Rue saint honoré.

Las de devoir également partager la salle avec les danseurs tapageurs d'un bal publique au succès grandissant, Valentino se retire en 1841, laissant son nom au bal Valentino.

La salle Saint-Honoré (ou Valentino) était aussi un lieu de réunions, notamment politiques, dans lesquelles interviennent Étienne Cabet, Louis Blanc, Ferdinand Flocon. Friedrich Engels décrit la façon dont il sème les mouchards qui le surveillent en 1844. Y est organisé, entre autres, le 29 novembre 1847, un immense banquet de 1 500 couverts pour la commémoration annuelle de la Révolution polonaise de 1830-1831.

Le 25 décembre 1848 s'y tient le premier banquet des femmes socialistes. Elle est le siège du Club de la Délivrance, club modéré qui y tient six réunions avec Eugène Yung à la fin du Second Empire, en 1870. • le Nouveau Cirque. Plaque au n o 251 en hommage au clown Chocolat, artiste au Nouveau Cirque. rue saint honoré N o 251 : immeuble (1930) abritant depuis 2011 l'hôtel Mandarin Oriental Paris. • N o 254 : demeure de Pierre-Toussaint Durand de Maillane, dit « Durand-Maillane », un des rue saint honoré de la Plaine à la Convention.

• N rue saint honoré 261 : emplacement du très renommé et luxueux café-restaurant Voisin qui défraya la chronique lors du siège de Paris de 1870 en présentant dans le menu du 25 décembre de l’ antilope, du chameau, de l’ éléphant. Panneau au n o 263 devant l' église Notre-Dame-de-l'Assomption. • N o 263 : couvent des Dames de l'Assomption où se retiraient certaines dames de la cour sous l' Ancien Régime.

Il fut transformé en caserne, caserne Saint-Honoré ou caserne de l'Assomption, pendant la Révolution, en 1793. Gracchus Babeuf se cacha dans ce couvent le 5 décembre 1795, après la publication en novembre de son Manifeste des plébéiens. De sa chapelle partit le cortège funèbre rue saint honoré Jean Maximilien Lamarque, général mort du choléra le 5 juin 1832.

Ses obsèques allaient provoquer le déclenchement d'une insurrection qui serait réprimée dans le sang par un ministre de l'Intérieur nommé Adolphe Thiers rue saint honoré cet événement inspirera à Victor Hugo une scène célèbre de ses Misérables ; celle où il fait mourir Gavroche sur une barricade.

Cette même chapelle abrita le club de la Butte des Moulins pendant la Révolution de 1848. Menu du 25 décembre 1870 Café Voisin, 261, rue Saint-Honoré. • N o 267 : à la mort de son père en 1693, Claude de Rouvroy de Saint-Simon épouse en 1695 Marie-Gabrielle de Durfort de Lorge, petite-nièce de Turenne, cousine du roi d’ Angleterre Guillaume III d'Orange-Nassau et fille aînée de Guy Aldonce II de Durfort, maréchal-duc de Lorge, retiré du service, dont la deuxième fille fut enlevée par Antonin Nompar de Caumont, duc de Lauzun, pour l'emmener rue saint honoré une maison louée au 267, rue Saint-Honoré [29 ].

• N o 270 : demeure de Marie Rue saint honoré Grouze, dite Olympe de Gouges. Féministe qui rédigea en 1791 la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. • N o 272 : demeure de Marc Vadier, député montagnard, membre du Comité de sûreté générale, qui rejoindra la Conjuration des Égaux.

rue saint honoré

• N o 273 : demeure de l'ex-abbé Emmanuel Joseph Sieyès, que Robespierre surnommait « la taupe de la Révolution ». Auteur en janvier 1789 du pamphlet Qu'est-ce que le Tiers-État ? qui eut un grand retentissement [21 ]. • n o 275 : maison appartenant sous la Révolution à la marquise de Crussol d'Amboise, née Claude Angélique Bersin, en 1730, vivant séparée de son mari, le marquis Anne Emmanuel de Crussol d'Ambroise.

Cet immeuble est accolé à son hôtel du 11 de la rue Saint-Florentin. La marquise de Crussol d'Amboise est guillotinée le 10 mai 1794 avec trois locataires de son hôtel, dont le pharmacien Georges Folloppe qui a son officine au rez-de-chaussée de l'immeuble. Il est officier municipal [Qui ?] de la Commune de Paris et il sous-loue au policier du Comité de sûreté générale François Héron. Jean-Paul Marat s'est caché au 3 e étage de l'immeuble après avoir demandé la pendaison des 800 députés de la Constituante en 1790.

• N o 283 : maison Moreau (malletier, emballeur). L’adresse historique de la boutique jusqu’au début du XX e siècle. [pertinence contestée] • N o 284 : demeure du marquis Louis de Fontanes, poète ami de François-René de Chateaubriand, en 1800.

• N o 286 : église Saint-Roch qui vit la conversion au catholicisme du banquier écossais protestant John Law de Lauriston, appuyée d'un don de 100 000 francs, ce qui lui permit de devenir contrôleur général des finances sous la Régence, en 1719. Sur son parvis eut lieu, le 23 mai 1750, une émeute contre les rafles de la police destinées à peupler la Louisiane.

S'y trouve entre autres le tombeau de Denis Diderot, inhumé le 2 août 1784. Sur ses marches se déroula un des principaux épisodes de la répression de l'émeute du 13 Vendémiaire ( 5 rue saint honoré 1795).

Le jeune officier d'artillerie Napoléon Bonaparte, recruté par Barras, y fit donner le canon contre les sectionnaires venus investir l'Assemblée. Une récente rénovation a pratiquement rue saint honoré les traces qui subsistaient de ce mitraillage.

L'église fut consacrée rue saint honoré temple du Génie » par décret du 6 brumaire an VII ( 27 octobre 1798). Une émeute d'un tout autre genre eut lieu le 7 janvier 1815. Saint-Roch fut saccagée, aux cris de « Mort aux prêtres », par 5 000 manifestants qui protestaient contre le refus par l'Église d'enterrer chrétiennement la comédienne Marie Saucerotte, dite Françoise Raucourt (ou la Raucourt).

• Journée du 13 vendémiaire, l’an IV église Saint-Roch, rue Honoré, gravure d' Isidore Stanislas Helman d'après Charles Monnet, musée Carnavalet (Paris). De la rue Saint-Roch à la rue Royale [ modifier - modifier le code ] • N os 300 et 302 : auberge du Lyon d'Or, à l'angle nord-ouest avec la rue Saint-Roch. Demeure de Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan (le vrai). • N o 308 : maison louée par M me de La Sablière à Jean de La Fontaine en 1685. Plaque au n o 314. • N os 310 à 316 : demeure du compositeur espagnol Juan Crisóstomo de Arriaga, compositeur précoce, mort à presque 20 ans, qui composa Les Esclaves heureux en 1826.

rue saint honoré

• N o 314 : le compositeur espagnol Juan Crisóstomo Arriaga y meurt en 1826. • N o 315 : demeure de Joseph Fouché, duc d'Otrante, ministre de la Police de plusieurs régimes. Nicolas-Louis François de Neufchâteau, député à la Législative, y demeura également. • N o 317 : demeure de l' évêque constitutionnel Claude Fauchet, député à la Convention, fondateur du journal La Bouche de fer, guillotiné avec les Girondins.

Le marquis Emmanuel de Pastoret, membre de l' Assemblée législative, y demeura également. • N o 320 : demeure de Bertrand Barère de Vieuzac, membre du Comité de salut public, appelé l'« Anacréon de la guillotine ».

En 1918, Miss Ellen y prodiguait des massages à l'entresol et demi par l'escalier de droite [30 ] • N o 334 : petit hôtel de Noailles, demeure de Marivaux en 1744. • N o 335 : hôtel Egerton [31 ]. • N o 338 : ancien rue saint honoré de la maison Soupé et Pierrugues, qui fabriquait les rue saint honoré de vin de l'empereur Napoléon I er [32 ]. • N o 339 : demeure de Jean Antoine Debry, auteur d'un essai sur l'éducation nationale. Il prononça l'éloge funèbre de Mirabeau ; c'était un conventionnel opportuniste rallié à Bonaparte puis à Louis XVIII.

• N o 342 : demeure des Fermiers généraux, Charles-Adrien Prévost d'Arlincourt (1718 – guillotiné le 14 mai 1794) et de son fils Louis-Adrien Prévost d'Arlincourt (1744 – guillotiné le 8 mai 1794). Ils ont reçu dans leur hôtel les 5 et 6 août 1792 six malles provenant du Garde-Meuble (national) qui contenaient peut-être les joyaux de la Couronne de France [33 ][34 ]. • N o 343 : demeure d' Antoine-Adrien Lamourette, évêque constitutionnel de Lyon, qui fut à l'initiative du « baiser Lamourette », baiser de réconciliation devant l'ennemi adopté par la Convention le 7 juillet 1792.

Demeure également de Georges Couthon, conventionnel montagnard, promoteur actif de la Terreur, membre du Comité de salut public et guillotiné avec son ami Robespierre le 10 thermidor. Demeure encore de Robert Lindet. Ex-évêque marié en 1792, conventionnel, membre du Comité de salut public, thermidorien, il siègera au Conseil des Anciens.

• N o 350 : demeure de Savalette de Langes, qui cache rue saint honoré 1794 Bertrand Barère de Vieuzac, que Jules Michelet nommera « le menteur patenté du Comité de salut public ». • N o 352 : demeure, à l'entresol, de Sophie de Condorcet, veuve de Condorcet, née Sophie de Grouchy, sœur du général de Grouchy.

Elle avait tenu à l' hôtel de la Monnaie un des salons les plus avancés de la fin des Lumières, fréquenté entre autres par Benjamin Franklin. • N o 357 : demeure de l'ingénieur Achille Chaper pendant la Restauration [35 ].

• N o 359 : siège du Club des condamnés politiques en 1848. • N o 367 : chapelle Saint-Hyacinthe du couvent de l'Assomption, siège du Club démocratique des libres-penseurs en 1848. • N o 368 : demeure de Jean Maximilien Lamarque, général revendiqué comme un des leurs par les Républicains, ce qui provoquera, à l'occasion de ses obsèques, l'insurrection du 1 er juin 1832.

• N o 370 : demeure de Jeanne Poisson, marquise de Pompadour, qui tient un salon que fréquentent Crébillon père et Voltaire.

rue saint honoré

Elle protège les Encyclopédistes. • N o 374 : salon de Marie-Thérèse Rodet Geoffrin, dite M me Geoffrin, qui, avec sa fille Marie-Thérèse de La Ferté-Imbault, y rassemble Fontenelle, Montesquieu, Voltaire, Grimm, d'Alembert, Helvétius, Marmontel, d'Holbach, Diderot, Hume, de 1749 à 1777. L'ingénieur Henri Dupuy de Lôme vit dans cet immeuble entre rue saint honoré et 1885. Des plaques leur rendent hommage. • N o 374 : demeure de François-René de Chateaubriand, ministre sous la Restauration, en 1825.

• N o 377 : demeure de Jean-Paul Rabaut de Saint-Étienne, dit Rabaut Saint-Étienne, conventionnel girondin qui proposa d'inclure la liberté de conscience dans la Déclaration des droits.

• N o 384 : demeure et salon de Claudine Guérin de Tencin, dite M me de Tencin, qui réunissait Fontenelle, Marivaux… Un des salons du début du Siècle des Lumières, prenant la rue saint honoré du salon d' Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles, dite « M me de Lambert », de 1717 à 1749.

• N o 390 : sous l' Occupation allemande, la résistante Madeleine Lévy, Esther Nordmann et l'abbé Henri Ménardais ( Juste parmi les nations) cachent des aviateurs alliés ; une plaque leur rend hommage. • N o 397 : adresse où Honoré de Balzac situe la parfumerie La Reine des roses, de César Birotteau, qui fait faillite en 1819. • N o 398 : demeure du menuisier Maurice Duplay (alors 366, rue Saint-Honoré), qui hébergea Maximilien Robespierre (2 dernières fenêtres à gauche dans la cour, au 1 er étage), de 1791 à 1794.

Duplay participa par la suite à la Conjuration des Égaux. Robespierre y prépara avec Pierre-Gaspard Chaumette et Claude Fournier-L'Héritier la journée du 10 août 1792. Il y fut victime d'une tentative d’assassinat le 4 prairial an II ( 23 mai 1794). La charrette qui menait l’Incorruptible à la guillotine, le 28 juillet 1794, s'arrêta devant cette maison qui avait été badigeonnée par un enfant de sang de boucher [21 ]. Une plaque rend hommage à Robespierre à ce numéro.

• N o 422 : emplacement de la porte Saint-Honoré de l’ enceinte de Louis XIII (la troisième), construite en 1634 et détruite en 1773. Louis XIV fait son retour à Paris par cette porte pour soumettre les princes et le parlement, le 21 octobre 1652.

• • ↑ a et b Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817. • ↑ La plupart de ces indications sont issues des Pavés de Paris, de Guy de La Batut. • ↑ Procès-verbal de l’Assemblée nationale, t. 22, Paris, Baudouin, 1789, pp. 53-54. • ↑ Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Fayard 1988 pp. 385 • ↑ « Ranavalona III, symbole de la nationalité malgache », gasikar-histo.e-monsite.com.

• ↑ Georges Hillere, « Parce qu'il ne joue plus assez, Jean Marais ouvre, à Paris, un magasin de poteries », Télé 7 Jours, n o 838, 5 au 11 juin 1976, p. rue saint honoré et 53.

rue saint honoré

• ↑ Rue saint honoré la photo dans Commons. • ↑ Notice n o PA00085951, base Mérimée, ministère français de la Culture. • ↑ Mathieu Gruel, « Comment Paris plaque l’histoire sur ses murs », sur 20 Minutes, 16 décembre 2013 (consulté le 4 novembre 2021). • ↑ paris-autrement.paris, page sur la maison de Molière, Paris.

• ↑ Simone Saint-Girons, Les Halles : guide historique et pratique, vol. 16, Paris, Librairie Hachette, coll. « Guides Bleus », 2006, 336 p. ( lire en ligne), p. 125-126. • ↑ Jean Flahaut, « Les Derosne, pharmaciens parisiens, de 1779 à 1855 », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 93, n o 346,‎ 2005, p. 221-234 ( lire en ligne, consulté le 8 avril 2016) .

rue saint honoré

• ↑ Gilles Castelnau France, « Abraham dans le Nouveau Testament », sur protestantsdanslaville.org (consulté le 18 février 2017). • ↑ Archives de la famille Dumangin. • ↑ « L’installation des services financiers dans le quartier Saint-Honoré. « L’îlot C » (1961-1989) », sur www.economie.gouv.fr/directions_services/caef/Documents/Expositions_virtuelles/ministere_ville/ (consulté le 17 novembre 2016). • ↑ Analyse diachronique de l'espace urbain parisien : approche géomatique (ALPAGE).

• ↑ Plan parcellaire municipal de Paris (fin XIX e), plan 3 e quartier « Palais Royal », 2 e feuille, cote PP/11860/D. • ↑ « Le plus vieux bureau de tabac parisien », pariszigzag.fr, 20 janvier 2016 (consulté le 28 janvier 2016). • ↑ Aude Dassonville, « Au Canard enchaîné, une cellule syndicale jette un pavé dans la mare », Le Monde, 26 avril 2022.

• ↑ Mathilde Dion, « Louis Süe », Notices biographiques d'architectes français, Paris, Ifa/Archives d'architecture du XX e siècle, 1991, 2 vol.

• ↑ a b et c Isabelle Calabre, « Tout près de la mort », p. 21, in « Votre quartier sous la Révolution », Le Nouvel Obs Paris - Île-de-France, n o 2213, semaine du 5 au 11 avril 2007, p. 12-21. • ↑ Cf. l'acte du 11 mars 1712 relatif à la vente de l'hôtel d'Armenonville par les héritiers de Pierre-Vincent Bertin à la duchesse douairière de Noailles, née Marie-Françoise de Bournonville (1656-1748), conservé aux Archives nationales (AN, MC, étude CXIII, liasse 241).

Il comprend une description détaillé du bâtiment (AN, MC, étue CXIII, liasse 241) tel qu'il apparut avant d'être entièrement remanié. • ↑ Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues rue saint honoré Paris, vol. 2, p. 428. • ↑ Une plaque apposée au-dessus du portail sur la façade de le rue Saint-Honoré rappelle l’événement.

Elle porte l'inscription « Marie Françoise de Noailles épousa ici Gilbert Motier de La Fayette le 11 avril 1774 ». • ↑ En 1783, durant la troisième grossesse de la marquise de La Fayette, son époux fit l'acquisition, pour 200 000 livres, d'un hôtel particulier prestigieux situé rue de Bourbon (actuelle rue de Lille), presque au coin de la rue de Bourgogne. Il investit 100 000 livres supplémentaires dans des travaux de restauration et de réaménagement et dépensa 50 000 livres pour meubler et décorer cette maison, désormais appelée « hôtel de La Fayette ».

Le couple quittait ainsi l'hôtel de Rue saint honoré, maison paternelle de la marquise. Cf. Harlow G. Unger, Lafayette, John Wiley & Sons, 2002, p.

169. • ↑ Plaque sur la façade subsistante de l'hôtel de Noailles avec l'inscription « Rue saint honoré cet hôtel eut lieu le 15 février 1779 l'entrevue du Général de La Fayette à son retour d'Amérique avec la reine Marie-Antoinette. » • ↑ J.-F. et L.-G. Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, Paris, A.-T. Desplaces, 1843. • ↑ P.-A. Aubert, Traité raisonné d'équitation, d'après les principes de l'école française, Paris, Anselin et Gaultier-Laguionie, 1836, p.

164 (voir en ligne). • ↑ [1], librairie.immateriel.fr. • ↑ Annonce publicitaire parue dans le journal satirique Le Rire du 4 août 1918 avec celles d'autres maisons de rendez-vous • ↑ History of Paris, Paris et Londres, 1825, vol. II. • ↑ Isabelle Spaak, « Le chambertin de l'empereur », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous »,‎ 24-25 avril 2021, p.

28 ( lire en ligne). • ↑ Archives Nationales Police F/7/4661 dos 3 3p Darlincourt. • ↑ Olivier Blanc, « Enquête sur le vol des diamants de la couronne », L'Histoire, n o 75,‎ 1983. • ↑ (en + fr) J. F. Marshall, Victor Jacquemont: Letters to Achille Chaper, Philadelphie, American Philosophical Society, 1960. Bibliographie [ modifier - modifier le code ] • Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit. • Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.

• Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817. • Portail de Paris • Portail de la route Catégories cachées : • Article manquant de références depuis novembre 2015 • Article manquant de références/Liste complète • Article utilisant une Infobox • Article géolocalisé en France • Article géolocalisé sur Terre • Article à référence nécessaire • Article manquant de références depuis janvier 2012 • Portail:Paris/Articles liés • Portail:Île-de-France/Articles liés • Portail:France/Articles liés • Portail:Europe/Articles liés • Portail:Route/Articles liés • Portail:Transports/Articles liés • Page avec des cartes • La dernière modification de cette page a rue saint honoré faite le 8 mai 2022 à 15:56.

• Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions ; d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques. En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence. Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc., organisation de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis.

• Politique de confidentialité • À propos de Wikipédia • Avertissements • Contact • Version mobile • Développeurs • Statistiques • Déclaration sur les témoins (cookies) • • • Travel to France • Visit Paris • Visit Normandy • Visit Brittany • Visit Bordeaux • Mont Saint Michel France • Loire Valley France • South of France • Burgundy France • Italy • Visit Venice • Visit Milan • Visit Rome • Northern Europe • Visit London • Visit Amsterdam • Visit Copenhagen • Visit Berlin • Southern Europe • Visit Barcelona • Visit Madrid • Visit Lisbon • Visit Porto • Interests keyboard_arrow_down Browse per interest Also available in: 繁體中文 ไทย 日本語 한국어 Paris’ Rue Saint-Honoré is where old world elegance and contemporary luxury meet.

This 2km street is home to stunning architecture and a slew of chic stores. Situated between Opera Garnier and the Tuileries Gardens, Rue Saint-Honoré is nestled in the centre of historic Paris. On the street you’ll find upscale boutiques, great restaurants and some of the city’s best luxury hotels.

Rue Saint-Honoré is also conveniently located near several of Paris’ most popular tourist attractions like the Louvre Museum, Place Vendome, and the Palais Présidentiel de L’Élysée. In this article, we’re sharing all the best places on Rue Saint-Honoré: where to stay, where to shop, what to see, and where to eat! Read on for our complete guide to discovering Rue Saint-Honoré like a Parisian.

Rue Saint-Honoré: where the most rue saint honoré Palace hotels are located Ritz Hotel on Place Vendôme The Ritz Paris is definitely one of the best places to stay in Paris. The hotel is currently ranked among the most luxurious hotels in the world and is a certified member of “The Leading Hotels of the World”. The Ritz Paris was founded in 1898 by the Swiss hotelier, César Ritz, and is constructed behind the original facade of an 18th century town-house. The hotel was entirely renovated in 2018 to attain the ‘Palace’ distinction, a title bestowed by the French ministry for only the best hotels in France.

Today, The Ritz has 159 rooms that cost at least 1,200€ per night. The Ritz is also home to one of Paris’ best bars, Bar Hemingway, where the likes of F. Scott Fitzgerald, Cole Porter, and Hemingway himself would pass their evenings. Address: 15 Place Vendôme, 75001 Paris The Ritz Paris website Hôtel de Crillon on Place de la Concorde Just south of Rue Saint-Honoré is The Hôtel de Crillon. This is a historic Parisian hotel which first opened in 1909, but the building itself dates back to 1758.

Ideally situated at the foot of the Champs-Élysées, The Hôtel de Crillon rue saint honoré one of two identical stone palaces on the Place de la Concorde. Since its opening, the hotel has been listed as a historical monument by the French Ministry of Culture.

With a moderate 78 guest rooms and rue saint honoré suites, staying at The Hôtel de Crillon can cost you as much as 13,000€ a night.

The Hôtel de Crillon also boasts three restaurants, an elegant bar, patio, and gym all on site. Like the Ritz, in 2017, the hotel was extensively renovated in order to achieve official designation as a Palace. Address: 10 Place de la Concorde, 75008 Paris Hôtel de Crillon website Mandarin Oriental on Rue Saint-Honoré The Mandarin Oriental on Rue Saint-Honoré is a gourmet heaven in Paris. The 138-room hotel includes three distinct restaurants and cocktail bars, as well as a patisserie, all managed by Michelin star Chef, Thierry Marx.

His signature restaurant Sur Rue saint honoré, located inside the Mandarin Oriental, was awarded two stars just six months after opening. Besides its culinary exploits, the hotel also features a stunning art deco facade and offers some of the most spacious rooms in the city. Located just two blocks away from the Tuileries Gardens, this is decidedly one of Paris’ best places to stay.

Address: 251 Rue Saint-Honoré, 75001 Paris, France Mandarin Oriental Paris website Hôtel Costes on Rue Saint-Honoré Hotel Costes on Rue Saint-Honoré is a Parisian chic hotel that’s best-known for its bar and the legendary parties they host.

In particular, Parisian socialites, politicians, and celebrities love and frequent Costes Bar. Tucked inside the beautiful hotel courtyard, the bar offers a level of privacy away from the foot traffic of the 1st arrondissement.

Hotel Costes also sets itself apart with a great curation of music which you can download on Spotify or Apple music for free. Costes is also the most affordable of Rue Saint-Honoré’s luxury hotels with rooms starting at 500€ per night. Address: 239-241 Rue Saint-Honoré, 75001 Paris Hôtel Costes website Hôtel Meurice on Rue de Rivoli Le Meurice on Rue de Rivoli is a five star hotel that overlooks the Tuileries Gardens.

Apart from being one of the most luxurious places to stay at in Paris, Le Meurice is famous for their award-winning pastry chef Cédric Grolet who runs a full patisserie out of the hotel. Here you’ll find French classics like freshly-baked Madeleines and brioche alongside new-age creations like Grolet’s signature ‘trompe-l’oeil’ sculpted fruit. Le Meurice also boasts a Michelin star restaurant established by the great Alain Ducasse and situated in an opulent 17th century dining room.

Address: 228 rue de Rivoli, 75001 Paris Le Meurice website Rue Saint-Honoré: the heart of French Haute Rue saint honoré and fashion Longchamp on Rue Saint-Honoré Longchamp is a leading brand in travel accessories and handbags.

The creator of the iconic Le Pliage tote remains a family-owned company since its founding in 1948. Since leather goods were most often associated with equestrianism at the time, the brand was named after Paris’ famous Longchamp horse racecourse in the Bois de Boulogne. Longchamp got its start producing leather-wrapped smoking pipes which quickly gained popularity worldwide.

Today, the brand has not only maintained its influence in the travel and accessories market but has also broadened their collection to ready-to-wear clothing and shoes. Longchamp opened their first boutique at 390 rue Saint-Honoré. In 1999, after international growth, the boutique moved to its current location at 404 Rue Saint-Honoré.

Today, Longchamp occupies the entire building at the same address, encompassing 700 square meters and three floors. The flagship is elegantly designed using precious materials like onyx stone and rosewood that highlight the most beautiful pieces of Longchamp’s collections. The flagship store carries the complete Longchamp collection, including handbags, shoes and ready-to-wear.

This is also where you’ll find the limited edition products from Longchamp’s exciting collaborations with artists and design studios. Address: 404 Rue Saint-Honoré, 75001 Paris Longchamp website INSIDR Tip: You can book a free VIP shopping experience at Longchamp Saint-Honoré! The experience includes a tour of the beautiful flagship, some champagne, complimentary embossing of your purchased handbag or wallet, and an exclusive gift!

This shopping experience is also available at Longchamp Champs-Elysées. Maison Chanel on Rue Cambon Maison Chanel is the birthplace of Chanel as we know it today. The building, which still serves as a Chanel atelier, was the original site of Coco Chanel’s offices and the first Chanel showroom equipped with its own runway. Karl Lagerfeld also worked out of Coco’s offices during his time with the eminent brand.

The boutique opened in 1918 after Coco purchased an entire building at 31 Rue Cambon to accomodate her growing business. The building comprises several floors that include a boutique, a large gallery room that was used for fashion shows and fittings, the famous mirrored staircase that led to Coco’s private apartment, and her work studio and office which are still used today.

The Chanel store on Rue Cambon was the first modern boutique and the true home of Chanel. Though the upper floors are closed off to the public, you can still visit the original boutique on the ground floor. As the original Chanel store, it’s the ideal place to shop for all things Chanel. Address: 31 Rue Cambon, 75001 Paris Chanel website Other luxury brands flagship stores on Rue Saint-Honoré Apart from Chanel and Longchamp, you’ll find a host of flagship stores from various luxury brands on Rue Saint-Honoré.

Labels like Balenciaga, Givenchy, and Yves Saint-Laurent can all be found on this street. Their flagship stores are a marvel to behold with each one trying to be the very best on the block. The companies hire special designers to create their impressive storefronts which must reflect both the personality and status of the brand in question.

Even if you’re rue saint honoré planning on picking up a new wardrobe, it’s worth visiting Rue Saint-Honoré for the window shopping rue saint honoré. ‘nous’ on Rue Cambon If you’ve never heard of the store ‘nous’ and wonder why we’ve included it in our Rue Saint-Honoré shortlist, it’s because ‘nous’ is rue saint honoré concept store that follows the defunct fashion mecca, Colette. Colette was a cult-status high fashion, streetwear, and accessory boutique on Rue Saint-Honoré.

The store received international fame for ‘spotting’ legendary fashion brands before they made it big. Jeremy Scott, Raf Simons, Simone Rocha, Proenza Schouler, and Rodarte all had their first collections stocked at Colette. Fashionphiles mourned the day it closed its doors but the same people work worked at Colette have opened the store nous just a skip away.

Though nous doesn’t carry womenswear nor cosmetics, followers of Colette can still expect the same concept and style by way of the store’s timepieces, high tech gadgets, men’s streetwear, eyewear, accessories, and books. Address: 48 rue Cambon nous Paris website Rue Saint-Honoré: the jewelry district Place Vendôme Over the years, Place Vendôme has become somewhat of an epicenter for fine jewelry.

Within the sprawling square, you’ll find the sparkling boutiques of major brands like Repossi, Piaget, Boucheron, and Chaumet. You’ll also find famous Swiss watchmakers like Rolex and Hublot. Chanel has a shop in the square which carries their complete jewelry line, as does Jaeger-LeCoultre and Guerlain.

Some of these iconic jewelry houses, like Boucheron and Chaumet, also keep their head offices and design studios at Place Vendôme, making the square a true hotspot for the jewelry industry. Rue de la Paix On Rue de La Paix, you can drool over the world’s largest Cartier store as well as other notable brands like Italian watch designer Officine Panerai and Vacheron Constantin, one of the oldest Swiss watchmakers in existence.

Steps from the Cartier flagship store is Bvlgari and the iconic Tiffany and Co. Many of the retailers around the area are designated haute couture jewelry, meaning their pieces are crafted as close to perfection as possible, by hand, using only the best materials.

Truly a sight to behold! How to enjoy a luxurious day in the Rue Saint-Honoré area 1 – Visit the Longchamp Flagship Any visit to Rue Saint-Honoré must absolutely include a visit to at least one flagship boutique. We love the Longchamp flagship store where you can take a guided tour of the multi-level store while sipping a glass of champagne when you book through INSIDR.

The tour takes you through the history of Longchamp, the store’s impressive art collection and Longchamp’s most extensive Le Pliage collection. At the end of the tour, you’ll have the opportunity to create your own custom Rue saint honoré bag with your initials. Discover Longchamp’s latest collections and rich history all in one visit. Address: 404 Rue Saint-Honoré, 75001 Paris Book your free VIP tour here 2 – Window shopping at Place Vendôme After a brilliant start at Longchamp, take a leisurely walk along Rue Saint-Honoré, checking out the boutiques and collecting fashion inspiration.

Later, make your way over to Place Vendôme and window shop the luxury jewellery boutiques to your heart’s content. Place Vendôme is also a great place for a quick photo-op in front of the stunning 18th century townhouses and spacious courtyard with the iconic column right in the center. 3 – Dinner at La Castiglione Now that you’ve worked up an appetite, it’s time for dinner. La Castiglione boasts exceptional service and a rich history, having been frequented by many a celebrity during the 80s and 90s.

It’s also a popular dining spot for fashion editors and models during Paris Fashion Week. The menu is classic French and the atmosphere is comfortable and cozy-the perfect way to conclude a day walking through Paris’ chicest neighborhood. We recommend ordering their famous burger with a side of fries. Address: 235 Rue Saint-Honoré, 75001 Paris Make your reservation here.

4 – Drinks at Bar Hemingway To conclude a fabulous time on Rue Saint-Honoré, cap the night off with a drink. Bar Hemingway rue saint honoré one of Paris’s coolest and most fashionable bars. The bar is dedicated to its namesake Ernest Hemingway who famously spent much of his life in Paris. Drinks at Bar Hemingway is a special experience. Here, you can sample expertly mixed cocktails surrounded by the historic and opulent atmosphere of the Ritz Hotel.

The entire salon is decorated in his honor with portraits of the author and subtle nodes to his various short stories and novels. Address: 15 Place Vendôme, 75001 Paris Bar Hemingway website
Siehe auch: Rue du Faubourg Saint-Honoré Rue Saint-Honoré Rue Saint-Honoré, Foto aus dem Jahr 2015 Lage Arrondissement 1. 8. Viertel Halles Palais-Royal Place-Vendôme Madeleine Beginn 21, Rue des Halles Ende 14, Rue Royale Morphologie Länge 1840 m Breite 20 m außer an 2 Stellen: 17,50 und 14,60 m Geschichte Ursprungsnamen Rue du Chastiau Festu Rue du Château Fêtu Rue de la Chausseterie Rue de la Croix-du-Tirouer Rue de la Croix-du-Tiroir Rue du Traihoir Rue du Traihouer Rue du Trayoir Rue du Trahoir Rue du Triouer Rue du Trioir Rue de la Chaussée Saint-Honoré Chemin de Clichy Grand chemin Saint-Honoré Chaussée Saint-Honoré Grand chemin de la porte Saint-Honoré Chemin Royal Nouvelle rue Saint-Louis Grand'rue Saint-Louis Rue Neuve Saint-Louis Grande rue du Faubourg Saint-Honoré Chaussée Saint-Honoré Rue Neuve Saint-Honoré Hist.

Name Chemin du Roule Kodierung Paris 8860 Die Rue Saint-Honoré rue saint honoré Paris ist eine der ältesten Straßen der Stadt. Sie verläuft parallel zur Rue de Rivoli. Inhaltsverzeichnis • 1 Verlauf • 2 Geschichte • 3 Bauten an der Rue Saint-Honoré • 4 Weblinks Verlauf [ Bearbeiten - Quelltext bearbeiten ] Die Rue Saint-Honoré beginnt an der Rue des Halles 21, durchquert im 1.

Arrondissement und 8. Arrondissement • das Quartier des Halles (Nr. 33 bis 149 und 2 bis 170) • das Quartier du Palais-Royal (Nr. 151 bis 197 und 182 bis 296) • das Quartier de la Place Vendôme (Nr. 199 bis 271 und 298 bis 404) • das Quartier de la Madeleine (Nr. 273 bis 283 und 408 bis 422) und endet nach 1840 Metern an der Rue Royale 14. Rue saint honoré ihrem östlichen Ende geht rue saint honoré in die Rue des Halles über, an ihrem westlichen Ende in die Rue du Faubourg Saint-Honoré, und ist damit die nur lokal bedeutende Straße nördlich der Seine nach Saint-Ouen und Argenteuil, bevor sie auf Beschluss Napoleons (1801) durch die Rue de Rivoli (als Teil der Grande Axe) wenige Meter weiter südlich ersetzt wurde.

Auf ihren 1,8 Rue saint honoré quert die Rue Saint-Honoré vor allem • die Rue du Louvre • die Avenue de l’Opéra • die Rue de Castiglione (die zur Place Vendôme führt) Ihren Namen hat die Rue Saint-Honoré nach der Stiftskirche Saint-Honoré bzw.

dem Kloster Saint-Honoré, die sich zwischen der Rue Jean-Jacques Rousseau und der Rue des Bons Enfants befanden. Geschichte [ Bearbeiten - Quelltext bearbeiten ] Camille Pissarro: Rue Saint-Honoré am Nachmittag bei Regen1897, Museo Thyssen Bornemisza, Madrid Die Rue Saint-Honoré war ursprünglich ein einfacher Weg nach Saint-Ouen, Argenteuil, Le Roule und Neuilly-sur-Seine, und hatte dabei (aufgrund des Verlaufs der Seine) keinerlei überregionale Bedeutung. Erst im 12. Jahrhundert, nach der Einrichtung der Hallen, begann ihre Entwicklung.

Sie verlängerte die Rue de la Ferronerie nach Westen und endete an der Porte Sainte-Honoré (der alten bzw. der neuen), ab 1634 dann an der Rue Royale. Dabei trug sie in der Vergangenheit folgende Namen: • Zwischen der Rue de la Lingerie und der Rue de la Tonnellerie hieß sie von 1300 bis ins 17.

Jahrhundert hinein Rue de la Chausseterie. • Zwischen der Rue de la Tonnellerie und der Rue de l’Arbre Sec hieß sie Rue du Chastieu Festu (1300) oder Rue du Château Fêtu. • Zwischen der Rue de l’Arbre Sec und der Rue du Rempart rue saint honoré mehr existent) hieß sie im 13.

und 14. Jahrhundert • Rue de la Croix du Trahoir/Tiroir • Rue du Traihoir/Traihouer/Trayoir/Trahoir/Triouer/Trioir. 1450 wurde sie Rue de la Chaussée Saint-Honoré genannt.

• Zwischen der Rue du Rempart und der Rue Royale hieß sie • Chemin de Clichy (1204) • Grand Chemin Saint-Honoré (1283) • Chaussée Saint-Honoré (1370) • Grand Chemin de la Porte Saint-Honoré (1392) • Chemin Royal (1393) • Nouvelle Rue Saint-Louis (1407) • Grand’rue Saint-Louis (1421) • Rue Neuve Saint-Louis rue saint honoré • Grand’rue du Faubourg Saint-Honoré (1609) • Chaussée Saint-Honoré (1634) • Rue Neuve Saint-Honoré (1638) 1966 wurde der Teil zwischen dem Palais Royal, dem Théâtre Français und der Place André Malraux in Place Colette umbenannt.

Bauten an der Rue Saint-Honoré [ Bearbeiten - Quelltext bearbeiten ] Henri Dupuy de Lôme lebte von 1857 bis zu seinem Tod 1885 an der Rue Saint-Honoré Nr. 374. • (nicht mehr existent) Die Südseite der Hallen zwischen der Rue de la Lingerie und der Rue de la Tonnellerie • (nicht mehr existent) Das Geburtshaus Molières (Nr.

90) • (nicht mehr existent) Die alte Porte Sainte-Honoré (Nr. 111), auch Porte aux Aveugles (Blindentor, siehe unten) genannt • Fontaine de la Croix du Trahoir (Nr. 111) • Temple Protestant de l’Oratoire du Louvre (Nr. 145) • Reste der Stadtmauer Philipp Augusts (Nr. 146, 148, 150) • Das (später verlegte) Blindenheim Quinze-Vingts (an der Südseite der Place Colette) • (nicht mehr existent) Die neue Porte Saint-Honoré (Nr.

161) • Café de la Régence (Nr. 161) • (nicht mehr existent) Die Kirche Saint-Honoré (zwischen der Rue Croix des Petits-Champs und der Rue des Bons-Enfants) • Palais Royal (Nr. 204) und Comédie-Française • Hôtel Pussort, 1715 ersetzt durch das Hôtel de Noailles, später Hôtel de Bertin (Nr.

211), die Reste sind heute in das Hôtel Saint-James et Albany integriert • Eglise de l’Assomption (Nr. 263, 265) • Eglise Saint-Roch (Nr. 284) • (nicht mehr existent) Das Jakobinerkloster (Nr. 328), das während der Revolution den Klub der Jakobiner beherbergte. • Hôtel Vendôme (Nr. 360/364) Rue saint honoré [ Bearbeiten - Quelltext bearbeiten ] Der Text ist unter der Lizenz „Creative Commons Attribution/Share Alike“ verfügbar; Informationen zu den Urhebern und zum Lizenzstatus eingebundener Mediendateien (etwa Bilder oder Videos) können im Regelfall durch Anklicken dieser abgerufen werden.

Möglicherweise unterliegen die Inhalte jeweils zusätzlichen Bedingungen. Durch die Nutzung dieser Website erklären Rue saint honoré sich mit den Nutzungsbedingungen und der Datenschutzrichtlinie einverstanden.

Wikipedia® ist eine eingetragene Marke der Wikimedia Foundation Inc. • Datenschutz • Über Wikipedia • Impressum • Mobile Ansicht • Entwickler • Statistiken • Stellungnahme zu Cookies • •
Rue Saint-Honoré in the Afternoon. Effect of Rain belongs to a series of fifteen works that Camille Pissarro painted in Paris from the window of his hotel in the place du Théâtre Français during the winter of 1897 and 1898.

Pissarro, who had spent practically all of his life in the country and was basically a landscape painter — and one of the first convincing practitioners of plein air painting — was forced to move to the city for health reasons towards the end of his life.

It was then that he began to paint urban scenes viewed from windows, capturing the bustle of the streets of cities like Rouen and Paris. Stylistically, this last decade of his life coincides with his return to an Impressionist technique after experimenting with the influence of Seurat for a short period. Pointillisme, which he abandoned owing to its excessive rigidity, helped him lighten his palette and compose his last paintings in a less rigorous manner.

Lawsuit Cassirer / Thyssen Pissarro worked enthusiastically on this cycle on the streets of Paris, no doubt encouraged by Durand-Ruel’s promise that he would show them at his gallery. He chose one of the new urban rue saint honoré created during the Second Empire (1852–70) by Baron Georges-Eugène Haussmann, who, not without triggering major controversies, had made Paris a modern city crossed by broad avenues that provided long vistas along their different axes.

In this series the artist not only painted every view available from his room — the rue Saint-Honoré, the avenue de l’Opera and the square itself next to the hotel — but reworked the same compositions under different lighting conditions. The pictorial model for urban scenes painted from a high viewpoint had been established by Monet in his famous Boulevard des Capucines, which was shown in the First Impressionist Exhibition of 1874.

Painted a year earlier from the window of Nadar’s studio, it is a lasting image of the new bustle of the city. The rue saint honoré viewpoint provided by Paris’s new buildings gave the composition a casual air and more natural appearance that was more in keeping with the Impressionists’ aim of painting real-life scenes.

In the three paintings he produced of the rue Saint-Honoré, Pissarro provides a perspectival view of this street with the corner of the place du Théâtre Français in the foreground. Like Monet, he employs a high viewpoint, taking advantage of the angles of vision in the foreshortening. He establishes a play of circular and rectangular forms; of verticals formed by trees and streetlamps crossed by the diagonal of the elongated street, the final stretch of which is a sort of optical illusion.

The scene depicted in the work in the Museo Thyssen-Bornemisza is one of early afternoon. There are several horse-drawn carriages in the street and the pedestrians, from a variety of social classes, rue saint honoré treated individually and not as a mass. It has been raining and a few drops are still falling, which is why a few passers-by have their umbrellas up.

In another version the scene is illuminated by the powerful morning sunlight and in the third version the dim dusk light casts a shadow over the city.

The high viewpoint was a device the painter also used to distance himself from the scene. This approach, which Pissarro employed for urban themes, differs from that of landscapes and rural scenes, which he painted from a closer viewpoint in order to express the contrast between country and city life.

It should not be forgotten that Pissarro’s last works coincide with his adoption of an increasingly radical ideology that brought him progressively closer to the anarchist movement.

In accordance with these political ideas, the rural world was presented as a model of a harmonious lifestyle, as an idyllic representation of a new Arcadia. Pissarro viewed the city from a certain distance and assumed the role of the Baudelairean flâneur.

With his prodigious powers of observation, he provides us with a pictorial evocation of new city life: “Perhaps it is not aesthetic, but I am delighted to be able to paint these Paris streets that people have come to call ugly [.] Rue saint honoré is completely modern!” The relationship between the modernisation of the French capital under Napoleon III and the new Impressionist painting is expressed to perfection here.

Paloma Alarcó The exploitation rights of the images correspond to the Fundación Coleccion Thyssen-Bornemisza, F.S.P. The Fundación authorizes the downloading of high-resolution images from its website for private use, use for educational and research purposes, and other non-commercial uses. Use for educational and research purposes is understood as the non-commercial or advertising use of images in presentations, conferences, school or university work, in classes at regulated education institutions, as well as in academic publications, with a circulation of less than 1,000 copies, provided that rue saint honoré is non-profit.

Non-commercial use is understood as the use of the images in a context where no profit, monetary or commercial, is generated, directly or indirectly. Any use other than those indicated above will require the prior written authorization of the Fundación Any request for educational and research use or for non-commercial use (including academic publications), should be directed by email to the Museum Photo Library through the email address archivo.fotografico@museothyssen.org.

This department manages the worldwide distribution of the images of the works of the Museo Nacional Thyssen-Bornemisza and the management of their reproduction rights for those uses. The user agrees to use the image rue saint honoré the website solely and exclusively for the purposes described above and in accordance with the following terms of use: Terms of use • If the image is used for reproduction, the work must be reproduced rue saint honoré its entirety.

The image may not be manipulated, deformed, modified, or altered in any way. In particular, no superposition (of images or texts) on the reproduction is allowed. • The reproduction of a detail or part rue saint honoré the work may only be made with the prior written authorization of the Fundación. In this case, the credit line must include the following mention: “detail”. • Any total or partial reproduction of the images authorized by the Fundación must be accompanied by the following mention: Author's name.

Title, Date © Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, Madrid. • The user will send to the Museum Photo Library of the Fundación one (1) free copy of the edition, publication or reproduction to the following address: Archivo Fotográfico, Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, Paseo del Prado, 8 28014 Madrid, Spain.

I have read and accept the Terms of Use Download image The Photographic Archive of the Museo Nacional Thyssen-Bornemisza offers sale and rental service of photographic material of all the works on its Permanent Collection. To request images or permits for commercial use in academic or research publications, that is, catalogues of other institutions, monographs and other specialized publications, you should contact the Museum's Commercial Archive by email at the e-mail archivo.fotografico@museothyssen.org.

To request images or permits for other commercial or advertising uses (general publications, merchandising, exhibitions, audio-visual works, web pages, etc.), you should contact the Museum's Commercial Archive by email at the e-mail archivo.comercial@museothyssen.org. The Photo Library and the Museum's Commercial Archive manage the worldwide distribution of images of the Museo Thyssen-Bornemisza works, as well as their reproduction rights.

The applicable rates are calculated based on the nature and proposed use of the images, as well as the availability of the requested image. Requests for scans or new photographs will be reviewed on a case-by-case basis. Once approved, an additional fee will apply. Re-photographing a work will require a minimum of six weeks to complete. However, photographed works are protected by copyright.

Therefore, regardless of the terms of use of the photographs set out below by the Foundation, it will be necessary to obtain a license from the author or copyright holder known to the Fundacion in order to reproduce or exploit the work. I have read and accept the Terms of Use Download imageThe nearly 2 rue saint honoré road follows most of the old West to East roman road through north central Paris.

The Café de la Régence from 1681 to 1854 was based approximately at Nos. 153-155, nearly opposite the Palais Royal (No. 204). Voltaire, Diderot and Rousseau were all enlightened customers there in the mid-18th century. Benjamin Franklin also visited while he was American Ambassador to France from 1776 to 1785. The rough location of the Cafe de la Regence on the corner of the Palais royal square.

rue saint honoré

This café was also where Marx and Engels met on August 28 1844 and agreed to work on ‘ The Holy Family‘ together. Further along the street, at No.

251, was the Valentino Hall, rue saint honoré Engels entered on one occasion in his brief 1844 visit to Paris to escape the police spies who were following him. Upstairs the Café de la Régence was the centre of Rue saint honoré chess for over a century. It was where Robespierre, the young officer Napoléon Bonaparte and Louis Philippe all played their chess (no not together!).

The café also doubled as one of Paris’ four cafe/shop post offices in the early 19th century. On October 16 1793 the Jacobin and regicide painter, Jacques-Louis David, sketched Marie-Antoinette in a cart being taken to the scaffold from a first floor window in Rue St Honore The Café was well-positioned.

It was close to the Palais Royal before the Revolution and afterwards it was on the route of those being taken from the Conciergerie prison to the Place de la Concorde to be guillotined. On July 28 1830 at Nos.

157-159 the very first barricade was erected at the cross roads with Rue Rohan and Rue de Richelieu. This marked the start of the July 1830 Glorious Revolution that overthrew Charles X At 10.30 pm on the evening of December 3 1973 one of the cartoonists for the French satirical paper Le Canard enchaînéreturned to its offices at No.

173 to find a government DST ( Direction de la surveillance du territoire) team of spies installing microphones. The French State has always believed it has the right to spy on dissidents.

The editorial offices of Le Canard Rue saint honoré satirical weekly at No. 179 Nearly two hundred years earlier the French state still believed in its right to execute dissidents.

One issue was how this done. Should it be a lengthy process by strangulation (hanging) or a lengthy process by chopping at your neck with an axe? Dr Joseph Ignace Guillotin, a humanist who opposed the death penalty helped develop a quicker, more efficient way of killing people.

One of those who drafted the 1789 Declaration of the Rights of Man and of the Citizen, he died on March 26 1814 in his medical office at No. 209. This was on the route of those travelling to be ‘humanely’ executed at what is now the Place de la Concorde.

The medical offices of the man whose name was given to the guillotine died here at No. 209 in 1814. On November 29 1847 Bakunin spoke to the 1,500 people who attended a commemoration banquet of the 1830 Polish uprising against Russia at the Valentino Hall.

Before Haussmann’s re-modelling of Paris its address was No. 359 rue St Honoré. This was where Valentino, the orchestra conductor and violinist, introduced the polka dance to Paris that same year, 1847.

Le Bal Valentino was opened in 1838 and closed in 1890. One of the largest halls in Paris it alternated classical music concerts and dancees, while hosting many political meetings The size and central location of the Hall attracted many revolutionaries to hold meetings there.

In 1848, in February Cabet held a meeting of the Icarians there. In March, Blanqui organised meetings of the Central Republican Society he chaired at Valentino’s.

The Club of Political Prisoners presided by Armand Barbès with Blanqui as its vice-president also met there. The Socialist Workers’ Club whose honorary president was Louis Blanc also met there rue saint honoré the May 15 1848 demonstration when it was dissolved after the failure of a left insurrectionary attempt to defend the socialist aspects of the February 1848 revolution. On December 25 1848 No. 251 hosted the first socialist women’s banquet held in Paris.

On January 27 1871 the Valentino Hall was used by the Officers of the 1st Battalion of the National Guard to protest against the Armistice signed by the Thiers government with the Prussians. 251 Rue St Rue saint honoré is now the exclusive Mandarine Hotel, describing itslf as the ultimate luxury hotel.

The earlier dance hall and meeting place was demolished and rebuilt in the 1930s Olympe de Gouges, opponent of slavery and author of the 1791 Declaration of the Rights of Women and Women Citizens, lived at No.

270. A History of Paris marker post has been put by the front foor to mark this feminist pioneer and martyre. Olympe de Gouges’ time at 270 Rue st Honore is now marked by a historic Paris plaque in the pavement on the right of the door The main entrance to the second Jacobin monastery in Paris was at No.

328. Its side entrance in the Rue St Hyacinthe led to the monk’s canteen where the anti-royalist Breton Club began to meet in 1789. After the closure of the monasteries in 1790 the convent was rented to the Friends of the Constitution, who later took the name the Jacobin club.

General Lamarque died at his home at No. 368 of cholera. His funeral procession that left from here on June 5 1832, sparked the 1832 uprising against Louis-Philippe’s increasingly authoritarian rule that features in Hugo‘s Les Misérables. General Lamarque, who lived at No. 368, rue saint honoré a leading critic of Louis-Philippe.

He died of cholera here on June 1 1832 and his funeral on June 5 triggered the 1832 June insurrection in Paris When Robespierre was himself guillotined on July 28 1794, the cart carrying him to the scaffold stopped outside No. 398 (formerly No. 366) where he had lived for three years since he moved there secretly on July 17 1791 to avoid arrest after the Champs de Mars massacre.

The house’s walls had been dripped with the blood of butchered cattle. Off the courtyard behind the doorway to No. 398 Robespierre rented two rooms from Maurice Duplay, a cabinet-maker and supporter. The house was rebuilt to the same floor plan in the 18th century. Plus d’informations

Paris Street Style: Rue Saint-Honoré




2022 www.videocon.com